Porter la communion aux malades

20 septembre 2016

Un acte ecclésial

Porter la communion à une personne empêchée d’assister à la messe n’est jamais une affaire privée, mais engage la paroisse. C’est ainsi que l’eucharistie célébrée à l’église paroissiale se ‘diffuse’ progressivement sur tout le territoire.
Pour manifester cette inclusion dans la vie paroissiale, il est bon de recevoir la custode à l’issue de la messe avec la bénédiction : « Que le Seigneur vous bénisse, vous qui allez porter le Corps du Christ à vos frères malades ; dites-leur la prière de la communauté chrétienne et demandez-leur de prier pour elle, au nom du Père … »
Il faut auparavant en parler au ministre ordonné car l’administration des sacrements reste de sa responsabilité, et il faut absolument éviter d’arriver à la communion avec une custode ouverte pour qu’il la remplisse.

Soutenir la vie de foi du malade
Communier pendant la maladie est vécu comme le sommet de la journée. Le visiteur sera attentif à ne pas faire trop durer sa visite après la communion pour que la personne puisse vivre un long temps d’action de grâce. (‘Il est bon pour vous que je m’en aille’).

Plus la personne est désorientée par l’âge ou la maladie, plus elle aura besoin de routines familières pour retrouver ses repères. C’est pourquoi, sans donner l’impression d’une ‘mini-messe’, il est bon de respecter un schéma qui rappelle la célébration de l’eucharistie. Pour cela, les revues liturgiques sont très précieuses.

Donner la communion
D’abord, préparer la table, ou un coin d’adaptable au-dessus du lit. Un petit napperon blanc, une mini icône ou une petite croix, une statue présente dans la pièce, un lumignon, pourquoi pas quelques fleurs ? Mais ceci doit se faire dans le respect des règles d’hygiène de l’endroit. Dans certains services d’hôpitaux il faut éviter d’apporter des objets dont la présence représente un risque pour le patient, surtout quand on passe de chambre en chambre.

On se met en présence de Dieu. On peut faire spontanément une prière d’accueil ou lire la prière d’ouverture de la messe.
On invite le malade à recourir à la miséricorde de Dieu en disant "Reconnaissons que nous sommes pécheurs" et on récite avec lui le "Je confesse à Dieu".

On lit un texte d’Évangile, celui du jour ou du dimanche.
La Parole de Dieu parle par elle-même ; il n’est pas obligatoire de la commenter.
On peut partager des intentions de prières qui disent notre ouverture au monde.

On dit ensemble le Notre Père.
Puis on ouvre la custode et on présente l’hostie en disant "Heureux les invités au repas du Seigneur. Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde". Ce à quoi le malade répond "Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri".
On donne l’hostie en disant "Le corps du Christ" - "Amen"

On peut faire spontanément une prière d’action de grâce ou bien lire la prière de conclusion de la messe et terminer par le Je vous salue Marie. Puis vient pour le malade le moment de l’action de grâce silencieuse et pour le visiteur celui de se retirer sur la pointe des pieds.

Dans certains cas
En cas de difficultés de déglutition il faut impérativement s’informer auprès de l’infirmière.
Si la bouche est sèche, prévoir un peu d’eau pour aider à avaler.
Il est possible dans certains cas de déposer sur la langue une toute petite parcelle d’hostie qui fondra sans mastication.
Si vous portez la communion à un prêtre, vous lui ferez souvent plaisir en lui mettant une étole et en lui présentant l’hostie pour qu’il la prenne.

Ce qu’il ne faut pas faire
Aller se ‘servir’ au tabernacle.
Laisser la custode dans la boîte aux lettres.
Donner l’hostie en disant ‘vous communierez quand cela vous arrangera’.
Donner la communion à quelqu’un sujet aux fausses routes.
Se donner à soi-même la communion.
Apporter plusieurs hosties pour plusieurs jours.
Accepter de l’argent.

En résumé :
- On pose l’eucharistie, placée dans une custode, sur la table.
- Prière d’introduction.
- "Reconnaissons que nous sommes pécheurs" - "Je confesse à Dieu".
- Évangile
- Intentions de prières.
- Notre Père.
- On présente l’hostie : "Heureux les invités au repas du Seigneur. Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde". - "Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri".
- On donne l’hostie : "Le corps du Christ" - "Amen"
- Prière d’action de grâce et Je vous salue Marie

Pour approfondir : Lien vers le site du diocèse de Blois :
http://www.catholique-blois.net/rubriques/haut/services-et-mouvements/solidarite-et-benevolat/service-evangelique-des-malades-sem/b-03-porter-la-communion-boite-a-outils-sem-juin-2011/document_view