5e dimanche de Pâques : Thomas et Philippe

10 mai 2017

« Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures (...)  Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. Pour aller où je vais, vous savez le chemin. »
 Thomas lui dit :
« Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »
 Jésus lui répond :
« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. »
 Philippe lui dit :
« Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. »
 Jésus lui répond :
« Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. »
 Jn 14

Jésus essaye de nous rassurer en nous disant de ne pas nous troubler, mais ses paroles me plongent plutôt dans une grande angoisse. Oui, je veux bien croire que j’aurai ma place dans la maison du Père, plus tard, quand tout sera terminé, mais en attendant il va falloir rester seul parce qu’il s’en va. Et puis, elle est où exactement cette maison ?

Je suis aux prises avec une grande angoisse de solitude et d’abandon, qui m’empêche de voir que le chemin est sous mes yeux, lui qui me parle.

C’est comme mon ami Philippe : il ne voyait pas que, dans le regard de Jésus il y a celui du Père. C’est pourtant ce qu’il cherchait le plus au monde.

Jésus, guéris-nous de notre solitude, de notre aveuglement, du sentiment que tu nous abandonnes en nous donnant celui qui sera notre compagnon intérieur et notre Consolateur, l’Esprit Saint !